Visite et découverte du volcan Kawah Ijen


Le cratère vert du volcan Kawah Ijen

Une magnifique randonnée au cœur du Kawah Ijen sur Java
à la rencontre des porteurs de soufre


Kawah Ijen, un volcan au « cratère vert » est l’un des miracles naturels de la planète qui peut rapporter une multitude de récits de voyage de ceux qui y ont vécu l'expérience. Avec toutes ses particularités - accessibilité facile, lac turquoise, exploitation de minerai sulfurique unique du monde, ce cratère est donc régulièrement visité par les touristes.




Situé au sein d’un plateau d’immense cratère à l’extrême Est de Java, à peu près six – sept heures au départ de Bali, le Kawah Ijen est l’une des groupes de stratovolcan d’Indonésie qui culmine à 2300 mètres d’altitude. C’est le volcan le plus spectaculaire d’Indonésie, peut-être unique du monde. Alors que le plateau soi-même s’appelle « plateau Ijen » possédant une superficie d'environs 140 km2, le plus grand nombre étant recouvert des plantations de caféier et le reste servant à une réserve naturelle. La dernière éruption magmatique documentée du Kawah Ijen était en 1817. D'autres volcans à proximité sont mont Merapi (2800 m – ne pas confondre avec celui près de Yogjakarta), mont Raung (3320 m) et mont Sukèt (2950 m).


Les volcans et les montagnes autour de la région du Kawah Ijen



L’intérêt principal de visiter le Kawah Ijen est en particulier pour découvrir la splendeur de son cratère - « un lac sulfureux d’une couleur turquoise le plus acide du monde abritant une énorme réserve de soufre naturel d’origine volcanique. » Il s’agit de la zone principale d'exploitation des minerais sulfuriques d’Indonésie dont la production est optimisée avec la canalisation des vapeurs afin de permettre une cristallisation plus rapide et plus abondante. Donc, un système de tuyaux métalliques a été installé à la sortie des principales fumerolles. La production totale de ce minerai est estimée entre quatre - cinq tonnes de soufre par jour, et le plus grand nombre est destiné à raffiner du sucre, à fabriquer des allumettes et à produire des médicaments pour les maladies cutanées.

fumerolle de soufre
cratère vert de Kawah Ijen


Mise à part la magnificence du volcan, un autre aspect qui retient beaucoup d’attention des touristes lors de visiter le Kawah Ijen est ceux qui travaillent aux mines de soufre. Qu’ils s’appellent « porteurs de soufre », « mineurs du soufre » ou « forçats du soufre », ces hommes sont extraordinairement courageux. On pourra imaginer... ! Pendant des longues années ces hommes, qui sont d’origine des villages autour du plateau Ijen, transportent le soufre en forme de blocs dont ils extraient dans le cratère du volcan à l’état épouvantable. Physiquement ils ne sont pas très costauds. Simplement munis de deux paniers à balancier et, chaque jour ils commencent leur boulot de bonne heure du matin parcourant 3km jusqu’au sommet plus une descente vers le cratère par un chemin abrupte. Personne n’est correctement chaussé et très peu possèdent un masque ou des lunettes et juste des simples chiffons pour se protéger contre les gaz toxiques. Ils continuent à s’affairer brisant les soufres et préparant leur chargement. À la descente du volcan, comme prévisible, ils sont très chargés, en moyenne 80 à 90 kg de roches jeunes sur leurs épaules. Avant de redescendre, il faut sortir du cratère par la pénible monté. À mi-parcours, ils peuvent faire une pause dans des cabanons pour peser leur chargement. Les règles sont assez strictes – les paniers n’ont pas à faire moins de 60kg et peuvent aller jusqu'à 100kg. Puis ils continuent jusqu'à une usine prés du parking dans la vallée. Ils font ce trajet deux fois par jour (voir trois pour les plus jeunes). Incroyable !
porteur de soufre




Popularisé au départ par les images de Maurice et Katia Krafft (volcanologues français), puis suivi par Nicolas Hulot (journaliste et reporter français) avec son reportage sur les « porteurs de soufre », le Kawah Ijen est aujourd’hui connus de tous pour ses minerais sulfuriques et les porteurs. Néanmoins, c’est contraire au mont Bromo, celui-ci ne soit pas exploité contre les touristes malgré pas mal de randonnée effectuées pendant la haute saison entre juillet et septembre mais on n’y remarque même pas de longue file de touristes sur le chemin de la monté. De même, l’infrastructure touristique et les moyens de transport restent très limitées et originales.

bord du cratere ijen
randoneur kawah ijen



Ainsi, s’évader au cœur du Kawah Ijen tout en effectuant une magnifique randonnée est une expérience unique et inoubliable. La monté facile de deux heures et une heure de descente sur un chemin bien tracé et praticable malgré raid et glissant dans certains points, il est donc très accessible même aux enfants de 7 – 8 ans. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de partir très tôt comme le lever du soleil n’est pas spectaculaire. Pourtant, il vaut mieux aussi de ne pas partir trop tard car en plus d’éviter la chaleur du jour, les porteurs de soufre sont plus nombreux avant 10h et le ciel se couvre souvent en fin de la matinée.

bord du cratere ijen
porteur de soufre




Avant d’accéder au point de départ à Paltuding, en effet cette étape offre également une super balade au milieu des plantations de caféier et giroflier et des végétations tropicales luxuriantes entre autre des fougères arborescentes... Sur le flanc du plateau d’Ijen face à la côte est de Java, on peut apercevoir l’ile de Bali, des paysages admirables avec des sublimes rizières et des petits villages disséminés un peu partout. Donc, ça vaut le détour !

parking paltuding

cratère vert de Kawah Ijen



" Les végétations et plantations de caféier près du Kawah Ijen "



Envie de visiter le volcan de Kawah Ijen ?

Que ce soit dans une journée ou deux, combiner la découverte de Bali avec une randonnée au cœur du Kawah Ijen â l’Est de Java serait idéal pour les amateurs de randonnée au volcan magique. Si vous êtes ce genre de voyageur, allez consulter notre page Questionnaire et cochez « Kawah Ijen ».



|INFOS SUR LES ILES DE GILI | INFOS SUR NUSA LEMBONGAN | INFOS SUR KAWAH IJEN |